26/09/2008

 

 

coqbuveur

BONNE  FETE  DE  WALLONIE

DE LA PART

DU

               R.P.W. 

 

Le jour de la Fête de la Communauté française de Belgique est le 27 septembre.

Cette date a été choisie par la Communauté française d'après une page de l'histoire de l'indépendance de la Belgique.

Entrées à Bruxelles le 23 septembre 1830, les troupes royales conduites par Frédéric, deuxième fils de Guillaume Ier d'Orange, en sont expulsées dans la nuit du 26 au 27 septembre.

En France vient d'éclater la « Révolution de Juillet » et cet événement influence beaucoup les idées politiques dans les Pays-Bas du Sud gouvernés par Guillaume Ier. Le soir du 25 août 1830, on représente au Théâtre de la Monnaie l'opéra d'Auber La Muette de Portici) qui rappelle l'insurrection des Napolitains contre Philippe IV d'Espagne en 1647.

Des troubles éclatent dans la ville de Bruxelles et gagnent très vite Liège le lendemain. Le mouvement d'insurrection est dirigé contre le gouvernement de Guillaume Ier et se transforme en revendications sociales. Les mauvaises récoltes de 1830 engendré du chômage, suite à l'expansion du machinisme et aussi au niveau très bas des salaires. Cette situation nourrit la révolte dès fin août.

Les bourgeois s'inquiètent de la participation des paysans aux assemblées publiques. Le 31 août, une délégation de Bruxellois et de Liégeois se rend à La Haye, réclamant à Guillaume Ier la convocation immédiate des États généraux. Leur démarche reste sans effet.

Les bourgeois se retournent vers Guillaume d'Orange, fils de Guillaume Ier et héritier du trône, en lui demandant d'appuyer leur revendication. Ils demandent la séparation administrative du Sud et du Nord du royaume. Celui-ci renvoie immédatement la décision aux États généraux. Le 11 septembre, une commission de sûreté appelle au calme à Bruxelles. Celle-ci sera dissoute le 20 septembre. Bruxelles connaît alors une vacance de pouvoir quasi totale.

Le prince Frédéric annonce, le 21 septembre, son intention de se rendre à Bruxelles avec ses troupes. Ce qu'il fait le 23. Une très grande résistance s'organise et, après avoir désarmé la bourgeoisie à qui s'oppose l'armée du prince, elle est contrainte à la retraite.

 

Jean-Joseph CHARLIER (1794-1866)

Mieux connu sous le nom de Charlier « jambe de bois », ce personnage n’est autre que le célèbre artilleur de la révolution belge de 1830.

Ayant perdu une jambe au service de l’empire, Jean-Joseph rentre à Liège. Au cours de l’année 1830, Liège gronde quant les nouvelles des évènements survenus lors de la représentation de la « Muette de Portici » arrivent de Bruxelles.

A l’appel de Rogier, Charlier se présente avec deux canons hollandais dérobés à la caserne des Ecoliers de Liège. Ces canons sont « Willem » et « Marie-Louise » et c’est à cheval sur le premier que la « Jambe de Bois » s’en va vers Bruxelles avec cinq mille autres volontaires derrière les couleurs liègeoises au drapeau (rouge et jaune).

Il arrive dans la future capitale le 8 septembre et est incorporé dans l’artillerie bruxelloise. Le 19 septembre, il marche sur l’hôtel de ville puis résiste avec les autres pendant les dures journées des 24, 25 et 26 septembre face aux troupes commandées par Frédéric des Pays-Bas. C’est durant ces combats que l’artilleur va devenir une légende de la révolution. De l’hôtel de Belle Vue place Royale, il bombarde les troupes ennemies situées dans le parc du Grand Sablon, au Haut de la Montagne de la Cour à l’aide de son canon « Willem ».

Enfin, dans la nuit du 26 au 27 septembre, les Hollandais quittent discrètement la ville. Charlier est devenu un héro et est adulé par la foule victorieuse, ses 5000 volontaires couleurs liègeoises au drapeau (rouge et jaune), deviendront par la suite, « les volontaires belges de 1830 » et le noir sera, en signe d’hommage aux volontaires morts au combat,  ajouté le long des manches des drapeaux, cela deviendra le drapeau tricolore national belge lors de l’indépendance. Le général Mellinet désire le nommer commandant mais Charlier refuse. Il loge le 29 septembre au Palais mais décline 300 florins de pension malgré sa misère. Le 7 décembre il est tout de même nommé capitaine d’artillerie pensionné.

Chevalier de l’Ordre de Léopold et médaillé de Sainte-Hélène, la « Jambe de Bois » meurt le 1er avril 1866.

La date du 27 septembre a été proposée par monsieur Fernand Massart et choisie en 1975 pour commémorer cette victoire, et la première fête de la Communauté française eut lieu cette même année.

Fernand MASSART est un des principaux animateurs du mouvement wallon.

Sous-officier (1938), quincailler (1938-1940), Fernand Massart est débardeur aux chemins de fer lorsque la Guerre éclate. Actif dans l'action wallonne avec l'Abbé Mahieu, résistant au sein de Wallonie libre clandestine, il est dénoncé et tente de franchir les Pyrénées. Arrêté (décembre 1941) et emprisonné (Barcelone, Saragosse puis Miranda), il se fait passer pour un Québécois et est remis aux autorités britanniques (1942). Débarquant à Alger au sein du 10ème commando interallié, il participe notamment aux campagnes de Malte, de Tarente, et en Yougoslavie. A son retour, il retrouve Wallonie libre et participe au Congrès national wallon de 1945 en tenue de soldat anglais. Employé aux mutualités socialistes de Charleroi (1945-1957), il est un des principaux animateurs du mouvement wallon (1960-1992).

Déjà opposé à la politique de neutralité avant guerre, il mène la campagne du non au retour de Léopold III. Au moment de la Grève contre la Loi unique (1960-61), il se retrouve tout naturellement aux côtés d'André Renard et d'A. Genot qui créent le MPW (1961). Parlementaire socialiste, il vote non à l'ensemble des lois linguistiques du début des années '60. Faisant figure de rebelle obstiné, Wallon avant d'être socialiste, il démissionne du PSB en 1963 parce que ce dernier refuse de prendre en considération le résultat du pétitionnement organisé par le Collège exécutif de Wallonie, 645.699 signatures en faveur du référendum et contre l'adaptation du nombre de parlementaires. Député indépendant (1963-1965), il se présente sur la liste du Rassemblement démocratique wallon, parti qu'il a créé à Namur (1965). Ses 18.000 voix ne lui donnent pourtant droit à aucun mandat. Le rapprochement de son RDW avec les partis de François Perin (à Liège) et de Robert Moreau (à Charleroi) conduit à la formation du Parti wallon qui, en 1968, devient le Rassemblement wallon.

Député bourgmestre de sa commune, vice président fédéral du RW, c'est sur sa proposition de décret que le Conseil culturel de la Communauté française a adopté le drapeau de Pierre Paulus et la date du 27 septembre le 24 juin 1975. A la fin des années 70 et au début des années 80, il tente de préserver ce qui reste du Rassemblement wallon en en devenant le président (1983) mais il échouera de cette mission de sauvetage face aux turpitudes de certains carolos ambitieux mais sans envergure, dont l’actuel meneur, encore aujourd’hui se croit investi à vie de cette honneur et de ce « titre ».

Fernand Massart est décédé le 12 mai 1997 à Namur, à l'age de 79 ans, en laissant à tous les militants wallons, une image indélébile de tribun populaire et intègre du combat pour la dignité et la liberté démocratique.

En ce 27 septembre 2008, faire la fête devient de plus en plus difficile tant le pouvoir d’achat se voit chaque jour réduit par l’augmentation des biens et des services, mais si en pensée, vous partagez avec nous l’idée de cette fête commémorative pour notre peuple et notre nation, alors, c’est déjà pour nous une grande joie de la partager avec vous toutes et tous.

2009 sera un grand tournant électoral pour le combat Wallon, mais nous ne sommes pas de ceux qui nous battons pour des « places » ou des « mandats », nous luttons pour nos idées, et la dignité de notre peuple. Impossible de vous dire où seront candidats nos représentants (es) en juin prochain, nous serons présents, çà c’est une certitude, et nous ferons tous notre possible pour que notre force de proposition ne soit pas trop dilluée, et surtout en rien dénaturée. Si ce combat là vous intéresse aussi, n’hésitez-pas, contactez nous colau3571833@hotmail.com .

07:27 Écrit par PD dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.