16/05/2010

SOCIALISER LES BANQUES

Socialiser les banques

Les plus anciens lecteurs de ce blog savent bien que, depuis octobre 2007, on y trouve presque tout sur le sujet : des turpitudes de KBC à Dexia en Belgique, De Baudouin Prot (le pro ?) à celles de la Caisse des Dépôts en France ; du feuilleton Fortis au feuilleton Natixis, des errements de la Bancassurance américaine dans l’affaires des subprimes à la faillite islandaise …

Quand on a mené toutes ces analyses, il vient un moment où l’on ne peut s’empêcher de ce poser une question évidente : que faire des banques ?

Faut-il les soutenir ? Les réformer ? Les laisser crever quand ça va mal ? Ou même, comme nous l’avons emprunté à Siné, les pendre par leurs couilles en or ?

Rien de tout cela à mon avis. Pourtant les propositions ne manquent pas ! Certains veulent « déprivatiser » les banques et ajoutent : « nationaliser d’abord puis socialiser ».

N’avons-nous donc rien compris, rien appris de notre passé bancaire ?

En France, les banques furent privatisées à partir de 1981, elles ne furent jamais socialisées ! Dire cela, c’est donc en revenir à un marxisme mal digéré qui pense qu’il suffit de remettre en cause la propriété pour qu’enfin tout s’arrangeât ! Ou c’est revenir superficiellement à Proudhon et gueuler en chœur : « La propriété c’est le vol » !! Nous devons savoir dépasser la colère légitime inspirée par les agissements du système bancaire et REFLECHIR. Si possible en voyant plus loin que le bout de notre nez.

REFLECHIR, c’est d’abord tenir compte des enseignements du passé ! La nationalisation ne mène à rien d’autre qu’au transfert de la propriété privée vers le pouvoir d’une technostructure irresponsable !

Notre réflexion ne peut non plus rester coincée entre deux impératifs contradictoires :

-      Le premier, qui démontre tous les jours, que ce qui touche à nos intérêts communs ne peut être laissé à des intérêts privés,

-      Le second qui, dans le discours dominant, explique que la nationalisation, c’est la catastrophe !

I – PAS DE SOUMISSION AUX INTÉRÊTS PRIVES :

Ce que démontre surabondamment la période actuelle c’est que la soumission aux intérêts privés ne peut durer.

-      Cette soumission permet tous les chantages : « Sauvez-moi ou vous allez beaucoup souffrir» disent les banques quand elles vont mal !

-      « Une taxe réduirait les fonds propres dont le niveau conditionne la solidité et la capacité à accorder des prêts des banquesSi l’on va trop loin, on va rendre le crédit plus rare et plus cher » claironne à tous les vents (et à ses « Echos ») Baudouin Prot Président à la fois de BNP-Paribas et de la Fédération bancaire française.

-      Et, bien sûr, nos « pouvoirs publics » cèdent ou cèderont.

-      Il ressort de tout ceci que ce système n’est pas amendable et qu’il faut en changer.

CAR POURTANT :

-      Nous savons tout maintenant de la crise des CDO. Les CDO, ce sont les collateralized debt obligation, en français : « obligation adossée à des actifs »). Ils sont l’un des aspects les plus importants de la « libéralisation des échanges » initiée dans le cadre de la Mondialisation et de la Globalisation financière qui l’a accompagnée. Le CDO est donc une structure de titrisation d’actifs financiers de nature diverse. En l’occurrence, en 2008, il s’agissait de crédits hypothécaires, les « subprimes ».

  • Nous savons que les banques ont menti, à commencer par Lehmann Brothers qui a fini par en crever, par elle-même d’abord et par l’aveuglement néolibéral de G.W Bush.

  • Nous savons que les agences de notation qui font encore la pluie et le beau temps aujourd’hui ont été en-dessous de tout ! Les agences de notation financière ( Moody’s, Standard & Poor’s, Fitch, etc.) ont pendant plusieurs années donné la meilleure notation financière (AAA) aux placements de type CDO avant de se rendre compte subitement qu’il fallait brutalement l’abaisser. Des années durant, ces agences de notation financière se sont contentées de collecter les données communiquées par les créateurs des titres financiers: les organismes de crédit immobilier dans le cas des ABS (asset-backed security , ou « valeur mobilière adossée à des actifs » en français), les rehausseurs de crédit pour l’émission des CDO, et les banques dans le cas des contrats d’échanges censés protéger contre le risque de non remboursement, appelés CDS (Credit default swaps).

  • Nous connaissons les conséquences :

  • les marchés boursiers européens avaient tous perdu plus de 20%. La crainte d’une sous-capitalisation globale et durable du système bancaire, néfaste à l’économie, avait entraîné dès l’été 2008 une crise de solvabilité, suivie à partir du 6 octobre d’un krach boursier d’autant plus profond qu’il intervenait après un an de baisse régulière de la bourse. En France, l’indice CAC 40 avait perdu 22% de sa valeur en une seule semaine, du 6 au 10 octobre.

  • La crise avait entraîné depuis le début 2008 une raréfaction progressive et de plus en plus importante du crédit bancaire à travers le monde, ce qui avait aggravé le ralentissement économique en cours. Le krach boursier de la semaine du 6 au 10 octobre avait accompagné de très mauvais indicateurs économiques pour le mois de septembre, en Europe comme aux États-Unis.

  • Tout le monde avait réagi pour éviter le « credit crunch » et, contrairement à 1929, cela avait marché car il existait un élément nouveau dans le paysage, un élément capital : les banques centrales.

MAIS A QUEL PRIX ?

Aux États-Unis, l’État s’est résolu, contre tous ses principes, à procéder à la nationalisation au cas par cas d’établissements en difficultés, après avoir fait voter en deux temps début octobre 2008 le plan Paulson, avec un succès, disons d’estime pour être poli ! Ce plan prévoyait que l’État rachète 700 milliards de dollars américains d’actifs à risque. Mais ça n’avait pas suffi, loin s’en faut !

En Europe, les différents plans nationaux annoncés autour du week-end des 11-12 octobre se chiffraient à 1 700 milliards d’euros, comprenant des garanties de refinancement, mais aussi des mesures de recapitalisation-nationalisation, dont le détail était annoncé au Royaume-Uni fin d’octobre 2008.

Au total, ce sont des milliers de milliards de dollars qui ont été claqués dans l’affaire.

-      POLITIQUEMENT CELA SIGNIFIE :

  • Que le monde entier a socialisé les pertes,

  • Que, maintenant, on nous redemande de privatiser les profits, n’est-ce pas Monsieur Prot !

  • Que les enseignements de cette crise, c’est aussi que, face à la nécessité, il n’y a pas de tabou.

  • Or, nous sommes dans une situation de NECESSITE ABSOLUE ! BRISONS DONC LE TABOU !

II – SOCIALISER LES BANQUES :

-      Je les entends bien leurs cris d’orfraie ! « Sauvez moi ou je vous fais mourir » ! « Ne me touchez pas ou vous allez en pâtir » ! Ces menaces ne sont pas des menaces en l’air : elles sont réelles et vraies. Faut-il « désespérer Billancourt » pour autant ? NON ! Il faut et il suffit d’admettre une bonne fois pour toutes que, en économie capitaliste, le secteur bancaire détient de facto une partie des intérêts supérieurs de la communauté des citoyens, qu’il a les moyens objectifs d’obliger cette communauté à lui accorder tout ce qu’il demande : la conclusion simple, logique et sans tabou, c’est qu’il doit REVENIR A LA COMMUNAUTE DES CITOYENS !

-      Il suffit, pour s’en convaincre, de voir où mène le système actuel : les plans de rigueur pour les citoyens, 750 milliards d’euros pour ceux qui ont spéculé sur la Grèce. Si c’est l’hiver pour la grande masse, c’est Noël pour d’autres !

-      Et cela va continuer !

  • Avec les retraites, par exemple ! Intéressant le parallèle entre la question de retraites et la crise actuelle ! Selon les prévisions communément admises, le problème se chiffre à 30 milliards d’euros dans vingt ans ! Oui, est alors ??

  • Nous réduirions les retraites de plus pauvres en les contraignant à bosser jusqu’à la mort, nous augmenterions les cotisations, nous ….STOP ! Tout ça pour ça ? Pour 30 misérables petits milliards d’euros alors que nous venons d’en trouver 750 sous le pas d’un cheval ?

  • ON SE FOUT DE QUI ? Un cheval de retour, oui !

Comment ne pas voir qu’il est urgent de mettre tout ce petit monde qui s’entend comme larrons en foire au pas une bonne fois pour toutes ?

-      SOCIALISER COMMENT ?

  • Evidemment sans indemniser ! Depuis le temps qu’ils nous volent, ça suffit !

  • Vous m’objecterez qu’il y a des « petits porteurs » ! Oui, et alors ? Il y a aussi des éléphants blancs mais cela ne constitue pas la majorité du genre ! Et puis, si « petit porteur » il y a, il est complice, le petit ! Alors, il est légitime qu’il trinque ! Mais surtout, il faut arrêter de légitimer les turpitudes des « gros » par l’existence, réelle ou suscité, de « petits ». Laissons cela à un antique PCF moribond !

  • Socialiser suppose une démarche citoyenne massive et c’est bien le plus difficile à réaliser, ne nous leurrons pas.

  • Socialiser suppose une démarche plus large qui englobe toute la vie de la société et qui se résume en un mot : AUTOGESTION.

Alors, je vous vois venir, les Cassandre ! Illusion, utopie, irréalisme…ben tiens ! Vous n’avez rien d’autre à m’opposer ?

Je n’ai qu’une réponse à vous faire : pour vous, pour vos enfants, pour vos petits enfants, le temps est venu de l’utopie ou de la mort sociale programmée !

Guy Dutron

10:37 Écrit par PD dans Economique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/03/2009

NOUVELLES PROPOSITIONS ECONOMIQUES

gauche2[1]

 

Au-delà de la relance et de la régulation économiques,

la géopolitique

Par Domi Taddei

Rien n’est plus stupide en apparence que le clivage apparu dans la préparation du G 20 de Londres entre supporters, anglo-saxons, de la relance, et partisans, Allemagne et France en tête, de nouvelles régulations : non seulement, parce qu’il vaut mieux avoir deux jambes pour marcher, mais surtout parce qu’aucune des deux démarches ne peut réussir sans l’autre.

Supposons une relance aussi massive qu’on voudra, dans le cadre d’une dérégulation néolibérale inchangée, si ce n’est de façon cosmétique : sans doute les sommes astronomiques injectées seront dépensées une fois, freinant d’autant la chute de la demande mondiale, c’est-à-dire de tous les pays et de presque tous les secteurs d’activité. Mais aucun effet multiplicateur, base de la théorie de Keynes, ne pourrait se produire : les entreprises bénéficiaires de ces commandes n’iraient certainement pas, pour autant, se lancer dans une nouvelle vague d’investissements, facilitant la « divine » reprise de la croissance !

Car leur défiance actuelle ne repose en rien sur un soudain pessimisme irraisonné, mais sur le fait qu’après en avoir bénéficié, souvent de manière éhontée, ils ont déjà payé, et pour certains très cher, leur confiance longtemps aveugle, dans l’ancien système délabré. Rationnellement, ils se dépêcheraient donc de mettre les recettes provenant des dits « plans de relance » (qu’il vaudrait mieux appeler plans de sauvetage), à l’abri (dans des bons du Trésor, l’or ou le foncier), et l’activité mondiale s’enfoncerait de plus en plus dans une dépression du type des années 30 ou du Japon des années 90.

Or, l’opération de relance massive ne pourrait être indéfiniment renouvelée, même en supposant une connivence des banques centrales en faveur d’une création monétaire illimitée. Il n’y a qu’un seul tabou en matière de dette publique, c’est d’arriver au moment où celle-ci devient incontrôlable, parce que l’on ne peut emprunter assez pour rembourser les dettes préexistantes : das la plupart des pays européens, nous en sommes encore éloignés, mais au rythme actuel, nous n’avons que peu d’années devant nous. Autrement dit, la vulgate keynésienne, brutalement redécouverte par les pays anglo-saxons, relève évidemment des conditions nécessaires (encore faudrait il choisir des dépenses sociales écologiques suffisamment justes et efficaces, pour avoir un minimum d’efficacité), mais ne constitue en aucun cas une condition suffisante.

De son côté, le catalogue de nouvelles régulations proposées notamment par les pays d’Europe continentale peut paraître relever des meilleurs intentions, même si, quand on observe le passé encore récent de ceux qui le prônent, il paraît relever de ces paroles d’ivrognes qui, une fois dessoulés, ne se souviennent même plus des promesses extravagantes prononcées en plein crise. Vraiment Berlusconi, Sarkozy et Barroso, pour n’en citer que trois, seraient donc les apôtres de la future soumission des marchés ? Au demeurant, incapables de s’entendre entre eux sur un minimum de régulation crédible de la zone euro, quelle est leur autorité politique, c’est-à-dire intellectuelle et morale, pour faire valoir une régulation mondiale crédible ?

A part envahir Andorre (c’est le co-prince qui serait surpris), le Lichtenstein et peut être la Suisse, c’est un remake de « la souris qui rugissait » qu’ils proposent au reste du monde. Mais supposons même que les anglo-saxons, et plus précisément Wall Street et la City se laissent convaincre de la nécessité de régulations internationales, qui leur ferait perdre de fait le rôle hégémonique dans l’accumulation financière mondiale, comment espèrent-ils que la demande privée puisse durablement repartir en l’absence d’une forte relance des commandes publiques , vis-à-vis desquelles ils adoptent un comportement de passagers clandestins, chacun comptant bénéficier des commandes du voisin ?

Le seul argument de Madame Lagarde (« la remontée des stocks, d’ici à quelques mois ») révèle un nouveau sommet inconnu d’incompétence. Bien entendu, il faut de nouvelle règles, plus audacieuses que celles qu’ils proposent – nationalisation partielle des entreprises renflouées, avec entrée au conseil d’administration des représentants de l’Etat et des syndicats, de telle sorte que la privatisation des pertes puisse préparer une éventuelle nationalisation des gains : là, il y aurait effectivement une véritable « refondation du capitalisme »… -, mais il faut aussi une relance sociale et écologique sur laquelle l’Union européenne est très en retard sur la Chine et les Etats-Unis.

Dès lors que les deux stratégies tronquées qui s’opposent ont toutes les chances de déboucher aujourd’hui, au sommet du G20 ou ailleurs, sur un accord (car il en faut tout de suite, sous peine d’une nouvelle aggravation du dévissage), basé sur les plus petits dénominateurs communs : le minimum de régulation consenti par les anglo-saxons versus le minimum de relance accepté par les européens, le tout assorti de la promesse de faire mieux lors du prochain sommet, à la fois parce qu’il faut faire bonne figure sur la sempiternelle photo de famille et par ce qu’en bonne politique, il ne faut jamais insulter l’avenir, surtout par les temps qui courent,… de plus en plus vite.

En réalité, il faut bien comprendre que le retard tragique pour les millions de victimes, qui sont les mêmes que ceux des années de la folie spéculative, pris sur un nécessaire changement de paradigme repose sur des difficultés subjectives faciles à comprendre – in fine, les dirigeants actuels vont devoir se soumettre ou se démettre – et objectives, qui méritent une analyse plus approfondie, car ces dernières posent la question du futur ordre mondial et des stratégies réalistes qui peuvent y conduire.

Une nouvelle donne mondiale

Le principal point commun aux tenants des deux stratégies est le rôle qu’on s’apprête à faire jouer au Fonds Monétaire International (FMI), et plus généralement aux institutions financières internationales (IFI). Ceci est nécessaire pour les tenants de la relance, parce qu’en dehors des 4 grandes zones monétaires (dollar, euro, yuan et yen) le reste du monde ne dispose pas de moyens de financement autonome : toute politique de fuite en avant les conduirait à l’effondrement de leur monnaie et à la banqueroute. Outre la question politique et éthique que cela poserait, il y a depuis quelques semaines, la prise de conscience que des relances, même continentales, ne peuvent réussir dans un contexte d’effondrement d’une autre partie du monde pour des raisons qui ne sont pas seulement économiques. Il faut donc augmenter au plus vite les moyens d’intervention du FMI, qui sont déjà presque épuisés avec les quelques sauvetages déjà mis en œuvre ces derniers mois en Europe (de l’Islande aux pays de l’est) et en Afrique, notamment. La mesure d’urgence la moins compliquée est celle de la vente d’une partie du stock d’or du FMI (un huitième, début mars) : poursuivre celle-ci ne soulève aucune autre difficulté que d’éradiquer ce qui reste de « métalliste » dans la tête des conservateurs américains, qui ont ici 100 ans de retard sur Lénine !

Mais cet expédient utile ne permettra évidemment pas de financer la relance dans le reste du monde, hors des grandes zones énoncées ci-dessus : quid des masses nécessaires, s’il s’agit de renflouer le Royaume Uni, décidément mal en point, sans parler des plans de développement humain et de sauvegarde environnemental, bien identifiés par les organismes internationaux du système des Nations unies et les ONG ? C’est ici que la création de Droits de Tirages Spéciaux, c’est-à-dire d’une monnaie mondiale immédiatement disponible, apparaît comme la seule mesure susceptible de financer une relance réellement orientée vers le développement durable et les populations les plus défavorisés. De plus, son rôle d’alerte dans les politiques macroéconomiques serait renforcé et le caractère antisocial des conditions de ses prêts serait aboli.

Encore faut-il redéfinir les structures de pouvoir de l’ensemble du système financier international et, concrètement que les USA acceptent de renoncer à leur hégémonie, pour la remplacer par un véritable multilatéralisme équilibré, en particulier vis-à-vis des pays émergents : pour l’instant, B. Obama a admis que la réforme prévue du FMI soit avancée. Mais, évidemment, ceci ne préjuge pas un seul instant de la nature et de l’ampleur des réformes qu’il pourrait accepter dans le domaine économique comme dans d’autres et, encore moins de celles qu’il pourrait faire ratifier par le Congrès américain. On ne doit jamais oublier qu’au lendemain de la première guerre mondiale le Président américain Wilson, initiateur de la Société des Nations, n’a jamais pu en obtenir la ratification par son Congrès, ce qui a favorisé la montée des mouvements d’extrême droite dans la décennie suivante, ou, du moins garder présent à l’esprit ce formidable paradoxe de la puissance américaine : une hégémonie mondiale, conduite par des élus provinciaux. Et, puis, dans l’histoire universelle, il n’y a guère d’exemple qu’une puissance impériale accepte sans heurt de passer du leadership au partnership…

Quoiqu’il en soit c’est, au lendemain du G20 de Londres, bien plus que pendant celui-ci, que la nature profondément géopolitique de la crise de la mondialisation financière va commencer à apparaître au grand jour.

Domi Taddei

21 Mars 2009

 

 

17:35 Écrit par PD dans Economique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/03/2009

GUEULER C'EST BIEN !!! PROPOSER C'EST MIEUX ...

écraserlecapital

 

UNE REGULATION MONDIALE LEGITIME ET EFFICACE .

 

 

Face à la crise de la mondialisation, caractérisée par une hégémonie US sans partage et une accumulation financière sans rêgle, quelle issue ?

 

Celle-ci ne doit pas être le retour à un fractionnement du monde, évidemment lourd des pires conflits. Les drames humains, les urgences écologiques et les risques géo-militaires, nous le rappellent dramatiquement tous les jours : nous n’avons qu’une seule planète, dont nous sommes tous solidairement responsables. C’est pourquoi, l’altermondialisme n’est pas un anti-mondialisme, mais l’actualisation permanente du vieil internationalisme humaniste d’un Jaurès : il en partage les valeurs fondamentales, mais il ne considère ni la nation, ni aucune autre sorte de souveraineté comme pertinente pour réguler l’emboîtage de communautés de vie et de destin, qui forment autant d’entités politiques différenciés, de la planète jusqu’au quartier et au village, en passant par les continents, les nations et les pays.

 

Elle ne peut espérer, à un horizon crédible, la mise en place d’un gouvernement planétaire, dont l’utopie humaniste est hors de portée, même si nous ne devons pas cesser de promouvoir l’idéal d’une citoyenneté mondiale. Par contre, à défaut de convaincre toutes les puissances et toutes les consciences de faire « du passé, table rase », on peut espérer (devant les risques de propagation de crises en tout genre), peut être plus vite qu’on ne le croit parfois, constituer une large alliance pour proposer une nouvelle régulation mondiale, légitime et efficace. Celle-ci devrait s’appuyer sur la Charte des Nations Unies, la Déclaration Universelle des droits de l’homme et les valeurs essentielles de paix, de solidarité internationale, de développement durable et de diversité culturelle, en s’appuyant sur tous les efforts sincères de coopération mondiale et régionale, qui ont pu être menés depuis 60 ans. Pour cela, les institutions existantes ne doivent pas être niées dans leur principe, car elles ont vocation à créer les conditions d’une régulation concertée et anti-hégémonique des grands problèmes mondiaux. Mais, elles doivent être aujourd’hui critiquées, sans relâche et sans complaisance, pour leur absence ou leur insuffisance de légitimité et, par là-même d’efficacité, ce qui suppose, moins leur disparition que leur transformation. 

 

Il faut donc que le mouvement altermondialiste et ses alliés syndicalistes et intellectuels sachent convaincre la conscience universelle, qu’entre régression et utopie, il est possible de définir une autre régulation mondiale, à la fois légitime et efficace, compte tenu de ce que l’efficacité ne pourra résulter que de sa nouvelle légitimité, fondée sur la promotion des droits humains et des libertés. Cette nouvelle régulation ne peut reposer que sur une stratégie de transformation des institutions existantes. Mais, en même temps, elle est toute autre chose qu’une simple addition de réformes ponctuelles, qui seraient l’affaire de technocrates et d’experts internationaux, et elle a besoin, pour réussir, de la participation du plus grand nombre des citoyens du monde, de leurs mouvements sociaux et culturels, de leurs organisations syndicales et de leurs élus légitimes, qu’ils soient nationaux ou locaux. Ce sont, eux tous, qui doivent s’emparer, en toute circonstance désormais, des principes essentiels d’une nouvelle régulation mondiale, légitime et efficace, et de toutes les conséquences qui en découlent.

 

Cette nouvelle régulation pourrait reposer sur 10 principes essentiels, dont découlent autant de conséquences concrètes :

 

Les institutions économiques, financières et commerciales sont subordonnées aux instances politiques légitimes.

 

Conséquences concrètes : L’intégration des institutions économiques mondiales (FMI, Banque Mondiale, OMC, BRI, OCDE), dans le système des Nations Unies, doit être effective. Ceci signifie le respect de leur Charte, de la Déclaration Universelle ; des procédures de décision conformes (cf. infra) ; la définition de leur rôle et leur contrôle par les instances légitimes (Assemblée Générale et Conseils de Sécurité : cf. infra).

 

Ces instances assurent une répartition multilatérale équitable des ressources et des richesses à tous les peuples du monde.

 

Conséquences concrètes : La création d’un Conseil de Sécurité économique, social, culturel et environnemental (2 ESC, en anglais). Il serait composé de 10 membres renouvelables tous les 10 ans (dont 2 pour l’Afrique, 1 pour l’Amérique du Nord, 1 pour l’Amérique latine, 3 pour l’Asie, 2 pour l’Europe, et 1 pour et l’Océanie), comprenant les pays (ou groupements les plus importants de chaque continent) et de 15 autres membres, élus tous les 2 ans, par l’Assemblée Générale. Chaque membre représenterait un Etat ou un groupe d’états (tel que l’Union Européenne). Ce « 2 ESC » se substituerait aux différents clubs de pays riches du type G7, G8, G20, etc. Le PNUD, la CNUCED, la BRI et l’OCDE lui sont rattachées.

 

En cas de conflits entre les normes édictées par diverses agences spécialisées, le 2 ESC arbitre, après avis de l’assemblée économique, sociale, culturelle et environnementale (cf. infra).

 

Toutes ses décisions doivent être prises, suivant le principe de double majorité et à l’exclusion de tout droit de veto : elles ne sont validées que si elles sont adoptées par une majorité de ses membres, représentant la majorité des populations des pays membres, ce qui garantit un équilibre entre les pays les plus peuplés et les moins peuplés.

 

La société civile et les mouvements sociaux mondiaux doivent être associés de façon permanente à toutes les décisions des instances mondiales

 

Conséquences concrètes : La création d’une Assemblée économique, sociale, culturelle et environnementale, réunissant les représentants des organisations patronales, syndicales, culturelles (représentant les milieux artistiques et scientifiques) et environnementales, ainsi que les ONG humanitaires. Celles-ci devraient être obligatoirement consultées, avant toute décision de l’Assemblée Générale et des Conseils de Sécurité. Elle dispose d’un pouvoir d’initiative, pour demander à l’Assemble Générale et aux conseils de sécurité de délibérer sur toutes les questions qui leur semblent le justifier et des moyens d’études du PNUD, de la CNUCED et de l’OCDE.

 

La primauté de l’Assemblée Générale des Nations Unies

 

Conséquences concrètes : L’Assemblée Générale a seule pouvoir, pour édicter des normes et des recommandations, à son initiative, ou à celle de l’Assemblée économique, sociale et environnementale. Toutes ses décisions sont prises, suivant le principe de double majorité.

 

La question d’un Parlement mondial élu au suffrage universel (suivant un principe de représentation logarithmique, qui garantit la place des pays de toute dimension) mérite ici d’être débattue, sans toutefois constituer aujourd’hui un préalable à l’ensemble de la stratégie avancée.

 

Régulation mondiale et séparation des pouvoirs

 

Conséquences concrètes : Les conseils de sécurité prennent toutes les décisions d’application, qui découlent des principes de la Charte et des résolutions de l’Assemblée Générale. De son côté, la Cour Pénale Internationale doit disposer d’une compétence universelle et obligatoire, englobant l’ensemble des tribunaux ad hoc, et d’une totale indépendance, à l’égard des autres instances mondiales, comme des états nationaux. Ses jugements sont assortis de sanctions, dont l’exécution relève, suivant les cas, de l’un et/ou l’autre des conseils de sécurité (opérations militaires et/ou sanctions économiques) ou d’une compétence universelle d’application des instances judiciaires de tous les pays membres.

 

Légitimité et cohérence de l’ensemble de la régulation mondiale

 

Conséquences concrètes : Le conseil de sécurité rapproche sa composition et son mode de décision de ceux du « 2 ESC », en vue de leur fusion. Les pouvoirs de sanction appartiennent aux deux conseils de sécurité, dans leur domaine respectif de compétences.

 

Le monopole de l’utilisation légitime des forces armées appartient à l’ONU

 

Conséquences pratiques : L’ensemble des forces armées, mises à la disposition d’organisations internationales ou mondiales (Otan, casques bleus, etc.) sont regroupées et placées sous la seule responsabilité du conseil de sécurité des Nations Unies.

 

Le financement du développement durable est assuré par l’émission de Droits de Tirage Spéciaux (DTS) et de taxes globales

 

Conséquences pratiques : Le Fonds Monétaire International, agence spécialisée de l’ONU, applique les normes édictées par l’Assemblée Générale, ainsi que les décisions du « 2 ESC », prises après délibération de l’Assemblée économique, sociale, culturelle et environnementale. En particulier, il offre, par une émission suffisante de DTS, le financement de l’ensemble des projets de développement durable, ainsi que l’annulation de la dette des pays pauvres, en relation avec les banques régionales de développement. Il peut mettre en place une fiscalité sur les mouvements internationaux de capitaux, en particulier sur les plus spéculatifs et les plus déstabilisateurs d’entre eux et les transactions financières, ainsi que sur les activités polluantes. Il contribue à une évolution raisonnée des parités monétaires, par une contribution équilibrée des pays et zones excédentaires et déficitaires. 

 

Les échanges de marchandises (biens et services) sont régulés dans une perspective de développement durable de la planète et de justice pour tous les peuples

 

Conséquences pratiques : L’organisation mondiale du commerce est assurée par une  agence spécialisée de l’ONU, qui exerce des compétences déléguées, et met en place, en tant que de besoin, des politiques régulatrices, afin que l’élargissement des échanges assure le développement des biens publics mondiaux, la sécurité alimentaire et sanitaire de tous les pays membres, ainsi que leurs activités émergentes, de même que l’ensemble des missions assurées par les autres agences spécialisées : droit du travail, protection de l’enfance, préservation de l’environnement, action culturelle, etc.   

 

Stratégie pour un développement planétaire durable

 

Conséquences pratiques : La préparation des délibérations environnementales, de portée mondiale, est faite conjointement par les deux assemblées générales. Après délibération de l’assemblée économique, sociale, culturelle et environnementale, les normes sont adoptées par l’assemblée générale. Le « 2 ESC » est chargé de leur mise en œuvre, avec l’ensemble des agences spécialisées (FAO, OMS, BIT, UNICED, etc). Il établit une fiscalité écologique sur les émissions de CO2 et les déchets nucléaires : le produit de celle-ci sert pour une part à indemniser les travailleurs pénalisés par cette fiscalité et pour partie à mettre en place des activités de substitution.

 

Dominique Taddei

08 – 03 - 2009

 http://dutron.wordpress.com/

 

17:18 Écrit par PD dans Economique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

19/02/2009

CRISE FINANCIERE ON NE VOUS DIT PAS TOUT !!! NOUS OUI

billets[1]

 

SEPT PAYS  EUROPEENS

SONT-ILS  CANDIDATS

A  LA  FAILLITE ?

 

La toxicité des dettes des banques européennes risque d'écraser un certain nombre d'états de L'UE et pourrait représenter un danger systémique pour l'ensemble du système bancaire européen, selon un mémo confidentiel rédigé par la Commission européenne et dévoilé par le Daily Telegraph.

 

“The toxic debts of European banks risk overwhelming a number of EU governments and may pose a “systemic” danger to the broader EU banking system, according a confidential memo prepared by the European Commission.”  By Ambrose Evans-Pritchard and Bruno Waterfield. Last Updated: 6:34PM GMT 11 Feb 2009

 

Le Daily Telegraph du 11 février, parlant d'un document confidentiel de la commission européenne, annonce que ce document parle d’un risque systémique majeur pour l'ensemble du système bancaire européen. "Les estimations des dévaluations d'actifs attendues suggèrent que le coût budgétaire à supporter par les Etats pourrait être très élevé" affirme le document préparé lors d'une réunion confidentielle des ministres des Finances.

 

            Le Journal Suisse “Le Temps” reprend des analyses du même ordre :

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/c5c59722-ecbc-11dd-b87c-1c3fffea55dc/Dettes_des_Etats_leuro_%C3%A0_l%C3%A9preuve_du_feu

 

 

Pour certains États membres, les gouvernements pourraient avoir à recapitaliser les banques en urgence. Problème : dans certains pays, le secteur bancaire est totalement surdimensionné et les Etats ne seraient plus à la hauteur.

 

Au moins sept pays de l'UE candidats à la faillite

Aucun pays n'est cité précisément, il ne fait guère de doute que les candidats à la faillite sont l'Irlande, le Luxembourg, la Belgique, les Pays-Bas, l'Autriche, la Suède et la Grande-Bretagne.

Interrogés par le quotidien britannique, les responsables européens se sont refusés à tout commentaire. Mais il semble clair, selon le Telegraph, que Bruxelles se préoccupe au plus haut niveau du risque de faillite des États les plus faibles face à la conjoncture.

Le Fonds monétaire international (FMI) aurait récemment alerté l'UE sur l'absence d'un véritable prêteur de dernier ressort dans la zone euro. Le FMI a aussi déclaré que les banques européennes étaient presque autant  exposées (75%) aux actifs toxiques que leurs homologues américaines, mais que le gouvernement US avait été bien plus prompt à prendre la mesure du phénomène, investissant 738 milliards de dollars contre seulement 294 en Europe.

Et pan, sur le bec de notre si brillant ex-président de l’Europe !

Conjoncture catastrophique

Faut-il ajouter à ce sombre tableau que les banques européennes sont exposées pour 1600 milliards de dollars aux créances douteuses de l'Europe de l'Est, de plus en plus considérée comme "l'Europe du Subprime".

Autre problème spécifique : les dettes des entreprises européennes représentent déjà 95% du PIB, contre seulement 50% pour les Etats-Unis.

Au bord de l'asphyxie...l’Europe ???

Le document de l'UE souligne également le "réel danger d'une course aux subventions entre les Etats membres" qui pourrait porter atteinte à l'unité du marché européen et qui conduirait à une explosion des déficits budgétaires : 12% pour l'Irlande et près de 10% en Espagne et en Grande-Bretagne pour l'année 2009 !

En France, nous n’en sommes (officiellement !) qu’à 4,4 % de notre PIB mais ces informations et ces développements expliquent peut-être les réactions européennes hostiles aux aides consenties au secteur automobile. Mais, comme General Motors prévoit de se désengager de quatre gros sites européens … nous allons voir ce que feront les autres.

Lire : http://dutron.wordpress.com/2009/02/17/crise-de-l%E2%80%99automobile-americaine-general-motors-se-prepare-t-il-a-la-faillite/

 

Plus que jamais, nous sommes revenus dans les années 30, vraisemblablement en plus grave et, après une phase de concertation lors du dernier G20, le « chacun pour soi » des années 30 commence à pointer son nez …avec toutes les conséquences que l’Histoire nous enseigne.

Coordination Gauche Alternative du Hainaut

19 Février 2009

 

 

22:00 Écrit par PD dans Economique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/01/2009

SUPERBE ARTICLE DE LA COORDINATION DU HAINAUT

Après une année 2008 de crise économique et financière Bilan et perspectives bonne année de crise aggravée en 2009

 

Cet article a pour objet de faire un rapide bilan de l’année 2008 écoulée et de voir les perspectives qui s’offrent à nous pour 2009. Forcément, on ne traite pas ces questions en quelques lignes, cela donne un article un peu volumineux dont nous excusons par avance auprès de nos lecteurs.

 

Le bilan de 2008 :

 

AU PLAN BOURSIER L’ANNUS HORRIBILIS !

 

L’indice CAC 40 de la Bourse de Paris a clos la pire année de son histoire : -42,68%. La perte annuelle est la plus forte jamais enregistré par l’indice depuis sa création en juin 1988. La précédente baisse annuelle record remonte à 2002 (-33,8%). Un recul presque aussi fort que l’indice Eurostoxx des 50 principales valeurs de la zone euro (-44,28%). Francfort, qui a fermé ses portes mardi, a accusé une perte annuelle record de 40,4% de même que Londres (-31,5%).

 

Avec une perte de 53,7 % sur l’ensemble de l’année, soit 97,69 milliards d’euros partis en fumée, l’année 2008 se révèle être la pire année jamais observée pour le Bel20, l’indice-vedette de la Bourse de Bruxelles. L’action Fortis a perdu près de 95 % de sa valeur en un an.

 

Aux Etats-Unis, La Bourse de New York s’est effondrée en 2008, l’indice Dow Jones lâchant 34% sur l’ensemble de l’année et réalisant sa pire performance depuis 1931, même si la dernière séance a été gratifiée mercredi d’une hausse des indices.

L’indice RTS de la Bourse de Moscou a dégringolé de 72,4% en 2008. Il ne s’agit pas en 2008 de la pire performance annuelle de l’indice russe, qui avait déjà plongé de 85% lors de la crise financière de 1998, marquée notamment par une dévaluation du rouble.

En dépit d’un léger rebond ces derniers jours, la tendance générale pour 2008 en Asie est des plus moroses, avec une chute annuelle de près des deux-tiers (-65,5%) pour la Bourse de Shanghai, soit la plus forte baisse de ses 18 ans d’histoire.

Les principales places financières d’Amérique latine ont toutes lourdement chuté depuis l’éclatement de la crise en septembre. La Bourse mexicaine des valeurs a perdu 24,1% au cours de l’année, alors que l’indice Merval de la bourse argentine a dégringolé de 49,9%.

Le seul point positif de cette sinistre année boursière et financière c’est que la gigantesque bulle financière née de la globalisation financière qui accompagnait la Mondialisation a perdu à peu près 50 % de sa masse ; c’est toujours ça de pris !!

AU PLAN ECONOMIQUE EN AVANT VERS LA RECESSION !!!

Au Japon : La production industrielle s'est effondrée de 8,1 % en novembre par rapport à octobre, a annoncé vendredi 26 décembre le gouvernement. Il s'agit de la plus sévère chute de la production depuis que les statistiques à ce sujet ont commencé à être publiées, en 1953.

Une forte dégradation de la production industrielle était largement attendue, après l'annonce lundi de la plus sévère contraction des exportations de l'histoire économique du Japon (-26,7 % en novembre sur un an). Mais les économistes ne prédisaient en moyenne pour novembre qu'une baisse de la production de 6,7 % et le gouvernement, encore plus optimiste, de seulement 6,4 %. Sur un an, la production japonaise s'affiche en repli de 16,2 %, a précisé le ministère de l'économie. Toujours en novembre, les livraisons de produits industriels ont chuté de 8,4 % par rapport à octobre, et les stocks ont augmenté de 0,7 %.

En Chine : Plus les semaines passent, plus le gouvernement chinois admet que l'impact de la crise financière mondiale va être dur : il y a quelques semaines, le premier ministre Wen Jiabao l'avait reconnu, affirmant que les prévisions initiales étaient trop optimistes.

Mercredi 24 décembre, le patron de la puissante Commission nationale pour la réforme et le développement, Zhang Ping  a prévenu que la crise était en train de s'étendre des zones côtières industrialisées et exportatrices aux régions intérieures. Il a ajouté que, désormais, les grandes entreprises étaient aussi touchées après le choc subi par les PME, notamment au coeur du "miracle" économique chinois, la province de Canton.

Vendredi, c'était au tour du président de la Commission de supervision économique, Li Rongrong, d'appeler les entreprises d'Etat à veiller à maintenir la "stabilité de leurs effectifs" en une période de hausse du chômage. Les bénéfices des industries chinoises ont plongé durant les onze premiers mois de l'année, surtout ceux du secteur public qui ont chuté de 14,5 %, selon les médias officiels. "L'impact de la crise financière sur notre économie ne doit pas être sous-estimé, la situation en 2009 sera grave et les difficultés nombreuses.

En Europe : les mauvaise nouvelles tombent les unes après les autres :

Entre 600 000 et 1 million de chômeurs de plus prévus en 2009 en Allemagne,

La carte de France ressemble de plus en plus à un carte des plans sociaux et les premiers chiffres montrent une hausse du Chômage qui n’est hélas pas prête de s’arrêter.

Partout ailleurs, c’est pareil la seule question qui se pose n’est plus de savoir si le monde va connaître une récession généralisée en 2009, ceci est sûr !

La question est de savoir si nous connaîtrons une récession ou une « grande dépression » et malheureusement, tout concourt à envisager cette seconde solution comme possible.

Ceux qui bavardent devant les caméras ou dans les gazettes sur la reprise en 2010 ou, pourquoi pas au second semestre de 2009 sont soit des incompétents soit, comme notre Lagarde Nationale des adeptes de la méthode Coué !

ET L’EURO DANS TOUT CECI ???

CURIEUSEMENT, PERSONNE N’EN PARLE !!

Notre monnaie unique fête pourtant aujourd’hui son dixième anniversaire.

Notre devise a été introduite le 1erjanvier 1999 à zéro heure, quand les monnaies nationales des pays participants, alors au nombre de 11, cessèrent d’exister à part entière et devinrent de simples subdivisions de la monnaie européenne.

Les billets et les pièces des monnaies nationales ont continué à être utilisés dans leurs pays respectifs, jusqu’à l’introduction des nouveaux billets et pièces le 1er janvier 2002.

Malgré toutes les critiques que nous faisons sur Maastricht et que personne n’ignore, on peut se demander se qu’il se serait passé si l’Euro n’avait pas existé.

Au lieu des interventions massives des banques centrales – dont la  BCE – que nous avons connues et qui ont eu le mérite d’éviter un véritable « Crédit Crunch », s’il n’y avait pas eu l’Euro, n’aurions nous pas connu ses « dévaluations compétitives » qui furent la plaie des années 30 dont la situation peut se comparer à bien des égards à la situation actuelle.

Nous avons d’ailleurs un signe évident de ce risque, c’est la situation de la Grande Bretagne.

La Grande Bretagne n’est pas dans la Zone Euro : à la création de l’Euro, le 1 –1 – 1999, il fallait 1,40 € pour acheter une livre sterling ; dans un premier temps, la monnaie britannique n'a cessé de se réévaluer, atteignant 1,73 euro en octobre 2000. La question était à l’époque : à quand la livre à 2 euros ? Aujourd’hui les deux monnaies sont à parité !

Cela signifie que Gordon Brown laisse filer sa monnaie ! La livre a perdu 13 % de sa valeur par rapport à l'euro depuis le 1er décembre et 25 % au cours de l'année 2008. Elle cotait, mardi 30 décembre dans la matinée, 1,0313 euro, après être tombée lundi soir jusqu'à 1,0198 euro.

Si on est gentil, on peut dire qu’il ne s'agit peut-être pas d'une politique totalement délibérée. Gordon Brown a dit que « le cours du sterling n'était pas son affaire ».

Les marchés se détournent de la livre pour deux raisons. Tout d'abord, la politique de baisse des taux d'intérêt de la Banque d'Angleterre, plus brutale que celle de la Banque centrale européenne, devrait se poursuivre l'an prochain. Ensuite, l'état de l'économie britannique est plus grave encore que celui de la zone euro.

Les dernières données confirment la détérioration de la situation économique. Le produit intérieur brut (PIB) du Royaume-Uni s'est contracté de 0,6 % lors du troisième trimestre, selon le Bureau national de la statistique. Pour la City, le déclin que l'on devrait observer au quatrième trimestre 2008 puis au premier trimestre 2009 devrait être bien pire.

C’est donc dans l’indifférence générale que la Slovaquie devient aujourd’hui le 16éme pays de la Zone Euro ; la vedette c’est la Tchéquie qui prend la présidence de l’Europe.

La vérité, au plan économique, c’est que les pays développés sont, soit en recul pour les économies émergentes, soit en récession profonde pour les vieux pays développés.

Les perspectives ne sont guère réjouissantes pour une raison très simple : malgré les plans de ceci ou de cela, les plans de « relance » à moitié poudre aux yeux comme le nôtre, une chose manque pour que les choses changent : LA CONFIANCE !!

Alors que faire ?

Sur ce point, notre camarade Dominique Taddei qui produit toujours analyses et propositions depuis sa Corse natale (merci Domi !) a publié en Novembre un texte important dont nous allons publier des extraits ci-dessous.

Ce texte s’intitule : « Pour une relance altermondialiste , sociale et écologique à tous les niveaux ». Le texte complet est disponible sur simple demande par mail à g.dutron@yahoo.fr.

Que dit Dominique ?

« Nous sommes en 1933

La question essentielle n’est pas celle de la récession, phénomène cyclique transitoire. C’est celle de la dépression et de la déflation. Autrement dit, personne ne sait jusqu’où l’économie productive va chuter, mais surtout personne ne peut prétendre sérieusement qu’elle pourra redémarrer d’elle-même : dans les années 30, il fallut une seconde guerre mondiale ; au Japon, à partir de la crise financière de la fin des années 80, plus de dix ans et, encore la croissance n’est-elle timidement repartie, que parce que le reste de l’Asie et du monde connaissait une forte croissance. »

Déjà, sur ce constat, nous sommes d’accord !

Venons-en aux propositions :

Un plan de relance social et écologique

Pendant que s’ouvre, à partir de la première réunion du G20, la nécessaire négociation pour un nouveau système économique et financier, la première urgence est la relance de la demande, partout dans le monde. Il ne s’agit plus de sauver seulement les banques, mais l’ensemble de l’activité économique. L’urgence est désormais admise et commence (depuis début novembre) à être mise en œuvre (USA, Chine, Allemagne, Russie, Royaume Uni, pays pétrolier)), mais elle pose trois questions essentielles :

 -  la première est celle que ces relances soient aussi coopératives que possible. A tout le moins, elles doivent absolument éviter, à la différence des années 30, de chercher à repasser le mistigri de la crise au reste du monde. Il est légitime de vouloir protéger les producteurs nationaux, quand ils produisent pour le marché intérieur (en raisonnant à l’échelle continentale), mais il est inadmissible de continuer à les subventionner quand ils exportent et tentent de prendre des parts de marché à leurs concurrents. Ceci signifie le caractère prioritaire d’un système mondial multipolaire, où l’OMC et le FMI, réformés et soumis à la charte des Nations Unies interdiraient, pour la première, toute forme d’aide aux exportations et, pour le second, toute manipulation de changes, par une intervention conjointe avec les pays dont la monnaie se réévalue.

 -  La deuxième question, est celle de la nature de ces politiques de relance. C’est ici que les choix politiques font toute la différence ; la droite préférera les dépenses militaires et sécuritaires. Or, cette relance ne pourra trouver la base citoyenne nécessaire pour rétablir la confiance sans laquelle les dépenses privées ne repartiront pas, que si elles correspondent aux aspirations du plus grand nombre, c’est-à-dire que si elles répondent aux urgences sociales et écologiques incontestables. Ceci peut revêtir un caractère différent suivant les continents et les pays – en France, il faudrait commencer par le relèvement des minima sociaux (pour la même somme, ce sont par nécessité leurs prestataires qui dépensent le plus et le plus vite) ; la construction de logements sociaux et des mesures drastiques d’économies d’énergie, qui anticipe sur l’après Kyoto ; les dépenses de santé, d’éducation et de recherche -, à la condition qu’ils agissent de manière complémentaire.

Le financement d’une relance de la demande mondiale

 - La troisième question est celle de son financement. Pour atteindre sa pleine efficacité, il doit être à la fois budgétaire et monétaire.

- Sur le plan budgétaire, la suppression de tous les allègements et exonérations consentis depuis 10 ans aux 5% les plus aisés de la population doit être immédiat : 5% est évidemment un pourcentage arbitraire, mais qui a été validé, après un grand débat démocratique, par la majorité de la population dans le plus puissant pays du monde. Le retour à une fiscalité rigoureuse (excluant toute forme de « niche », qu’il faut laisser aux chiens) en faveur de l’impôt progressif et de droits de succession, réduisant dans le même temps les cotisations salariales et les plus injustes des impôts locaux, doit compléter ce retour à un système authentiquement redistributif.

Ceci suppose notamment qu’en Europe, on commence par constater honnêtement que, compte tenu des circonstances évidemment exceptionnelles d’ailleurs prévues par le texte, le pacte de stabilité est caduc : on pourra d’ailleurs négocier un nouveau Pacte de coopération économique et social (PACES), soumis à la délibération de l’ensemble des citoyens, comme le demande le collectif des associations du GH, puis à l’approbation de l’ensemble des électeurs européens, lors du renouvellement du Parlement.

- Sur le plan monétaire, la question est très simple pour l’ensemble des pays qui ont accumulé des masses d’exo-dollars. Elle l’est tout autant pour les USA, qui profitant, au moins encore pour un temps, du privilège de monnaie de référence du dollar, vont se permettre un déficit d’au moins 8% de leur budget et se dirigent vers un taux d’endettement de 100%.

A la vérité, la question ne se pose que pour l’Europe et l’ensemble des pays hors G 20. Pour la première, un plan massif d’emprunts de la Banque Européenne d’Investissement, libellé en euros, doit venir financer l’ensemble des pays les moins avancés de la zone, les autres pays, dont la France, par le truchement de la Caisse des Dépôts, empruntant pour leur propre compte. Pour l’ensemble des autres pays du monde, avec leurs gigantesques besoins dans les domaines alimentaires, sanitaires, écologiques, d’infrastructures, d’éducation, etc., la création des moyens de financement ne peut être mise en œuvre que par un FMI, complètement transformé.

En fait, l’instrument existe – les droits de tirage spéciaux, inventés au tournant des années 70 pour faire face aux besoins de l’administration Nixon – et il peut être mis en œuvre du jour au lendemain par simple décision du conseil d’administration, comme l’avait proposé le prix Nobel J. Stieglitz au lendemain du 11 septembre. Ces DTS devraient être mis à la disposition des banques régionales de développement, avec la participation active, aux côtés des gouvernements nationaux de l’ensemble des sociétés civiles et des ONG concernés, afin de minimiser les risques de mal gouvernance et de corruption.

On objectera que tout cela est terriblement inflationniste. La double réplique va pourtant de soi : premièrement, si nous sommes en 1933, du fait des politiques néolibérales et monétaristes, l’inflation potentielle est moins grave que la déflation effective ; deuxièmement, l’effet de relance doit être transitoire : dès lors que l’économie réelle commencera à se rapprocher de son potentiel de production, le mix de politique budgétaire et monétaire devra être plus équilibré, et il suffira alors que la masse salariale revienne à son pourcentage des années 70 et qu’ensuite le pouvoir d’achat des salaires progresse au rythme des gains de productivité. Bien entendu, le nouveau système économique et financier mis en place, en réponse à cette grande crise de l’impérialisme, doit être pérenne au plan mondial.

En réalité, plus qu’une question théorique ou technique, c’est la question géopolitique de la composition du FMI, qui est désormais prioritaire. La première réunion du G20 a admis cette nécessité. Il faut aller désormais plus loin, en intégrant l’ensemble des institutions économique mondiales (FMI, Banque Mondiale, OMC, BRI, OCDE,…) dans le système des Nations Unies, lui-même rénové, et le respect scrupuleux de sa charte.

Voici donc des propositions cohérentes que nous ne pouvons que partager et soutenir, en premier lieu en les intégrant sur notre blog mais aussi, en interrogeant tous ceux qui détiennent une parcelle de pouvoir.

C’est le vœu que nous formons pour 2009.

Une année de crise, certes, mais dont il pourrait sortir un mieux être pour l’Humanité.

Coordination Gauche Alternative du Hainaut

Premier janvier 2009

 

 

 

22:58 Écrit par PD dans Economique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/11/2008

POUR UNE RELANCE ALTERMONDIALISTE SOCIALE ET ECOLOGIQUE

SUR LA CRISE ECONOMIQUE MONDIALE :

POUR UNE RELANCE ALTERMONDIALISTE, SOCIALE ET ECOLOGIQUE

A TOUS LES NIVEAUX

PAR DOMI TADDEI

 

 

Résumé 

 

Le pire de 1929 sera sans doute évité : nous sommes en 1933. Le pire de la décennie suivante doit aussi être évité : il y va de la démocratie et de la paix dans le monde. Pour cela, il faut prendre en compte ce qui a réussi au milieu des années 30 et à Bretton Woods en 1944 et les dépasser pour assumer les exigences altermondialistes, sociales et écologiques de notre temps.

 

A cette fin, il faut tout à la fois mettre en œuvre un plan de relance de la demande mondiale, sociale et écologique et refonder le système financier et monétaire mondial ; pour financer l’ensemble, il faut à la fois recourir à une fiscalité réellement redistributrice et à la création monétaire.

 

 

Le pire de 1929 a été évité 

 

On doit et on peut sauver d’urgence le système bancaire : l’effondrement en chaîne de toute l’économie avec ses drames sociaux et ses métastases d’extrême droite est au coin de la rue. En même temps que cela, le moins qu’on puisse attendre des gouvernements qui, partout dans le monde, tentent d’assurer ce sauvetage, c’est qu’ils mettent en place toutes les mesures de contrôle et de régulation pour que cela ne puisse plus se reproduire. Ils prétendent vouloir le faire ; le mouvement social doit les harceler pour qu’ils tiennent parole, en s’appuyant sur le nouveau rapport de force qui s’est brutalement établi. Pendant de longues années et peut être des décennies, tous les investisseurs potentiels ne risqueront à nouveau leur argent que s’ils ont la quasi-certitude de ne pas mettre leur épargne dans des « affaires » dopées par la spéculation : pression de l’opinion publique et bon sens économique sont désormais alliés contre toutes les aventures et les féodalités financières. Cet assainissement drastique des mœurs de la finance est la première condition pour que l’offre de crédit puisse être restaurée. Mais désormais, c’est la demande de crédit qui menace de s’effondrer. Or, il est plus facile d’empêcher un âne de boire que de le forcer !

 

Nous sommes en 1933 

 

La question essentielle n’est pas celle de la récession, phénomène cyclique transitoire. C’est celle de la dépression et de la déflation. Autrement dit, personne ne sait jusqu’où l’économie productive va chuter, mais surtout personne ne peut prétendre sérieusement qu’elle pourra redémarrer d’elle-même[1] : dans les années 30, il fallut une seconde guerre mondiale ; au Japon, à partir de la crise financière de la fin des années 80, plus de dix ans et, encore la croissance n’est elle timidement repartie, que parce que le reste de l’Asie et du monde connaissait une forte croissance.

 

Un plan de relance social et écologique

 

Pendant que s’ouvre, à partir de la première réunion du G20, la nécessaire négociation pour un nouveau système économique et financier, la première urgence est la relance de la demande, partout dans le monde. Il ne s’agit plus de sauver seulement les banques, mais l’ensemble de l’activité économique. L’urgence est désormais admise et commence (depuis début novembre) à être mise en œuvre (USA, Chine, Allemagne, Russie, Royaume Uni, pays pétroliers[2]), mais elle pose trois questions essentielles :

 

* la première est celle que ces relances soient aussi coopératives que possible. A tout le moins, elles doivent absolument éviter, à la différence des années 30, de chercher à repasser le mistigri de la crise au reste du monde. Il est légitime de vouloir protéger les producteurs nationaux, quand ils produisent pour le marché intérieur (en raisonnant à l’échelle continentale), mais il est inadmissible de continuer à les subventionner quand ils exportent et tentent de prendre des parts de marché à leurs concurrents. Ceci signifie le caractère prioritaire d’un système mondial multipolaire, où l’OMC et le FMI, réformés et soumis à la charte des Nations Unies interdiraient, pour la première, toute forme d’aide aux exportations et, pour le second, toute manipulation de changes, par une intervention conjointe avec les pays dont la monnaie se réévalue[3].

 

* La deuxième question, est celle de la nature de ces politiques de relance. C’est ici que les choix politiques font toute la différence ; la droite préférera les dépenses militaires et sécuritaires. Or, cette relance ne pourra trouver la base citoyenne nécessaire pour rétablir la confiance sans laquelle les dépenses privées ne repartiront pas, que si elles correspondent aux aspirations du plus grand nombre, c'est-à-dire que si elles répondent aux urgences sociales et écologiques incontestables. Ceci peut revêtir un caractère différent suivant les continents et les pays – en France, il faudrait commencer par le relèvement des minima sociaux (pour la même somme, ce sont par nécessité leurs prestataires qui dépensent le plus et le plus vite) ; la construction de logements sociaux et des mesures drastiques d’économies d’énergie, qui anticipe sur l’après Kyoto ; les dépenses de santé, d’éducation et de recherche  -, à la condition qu’ils agissent de manière complémentaire.

 

Le financement d’une relance de la demande mondiale

 

* La troisième question est celle de son financement. Pour atteindre sa pleine efficacité, il doit être à la fois budgétaire et monétaire.

 

- Sur le plan budgétaire, la suppression de tous les allègements et exonérations consentis depuis 10 ans aux 5% les plus aisés de la population doit être immédiat : 5% est évidemment un pourcentage arbitraire, mais qui a été validé, après un grand débat démocratique, par la majorité de la population dans le plus puissant pays du monde. Le retour à une fiscalité rigoureuse (excluant toute forme de « niche », qu’il faut laisser aux chiens) en faveur de l’impôt progressif  et de droits de succession, réduisant dans le même temps les cotisations salariales et les plus injustes des impôts locaux, doit compléter ce retour à un système authentiquement redistributif.

 

Ceci suppose notamment qu’en Europe, on commence par constater honnêtement que, compte tenu des circonstances évidemment exceptionnelles d’ailleurs prévues par le texte, le pacte de stabilité est caduc : on  pourra d’ailleurs négocier un nouveau Pacte de coopération économique et social (PACES), soumis à la délibération de l’ensemble des citoyens, comme le demande le collectif des associations du GH, puis à l’approbation de l’ensemble des électeurs européens, lors du renouvellement du Parlement[4].

 

- Sur le plan monétaire, la question est très simple pour l’ensemble des pays qui ont accumulé des masses d’exo-dollars. Elle l’est tout autant pour les USA, qui profitant, au moins encore pour un temps, du privilège de monnaie de référence du dollar, vont se permettre un déficit d’au moins 8% de leur budget et se dirigent vers un taux d’endettement de 100%[5].

 

A la vérité, la question ne se pose que pour l’Europe et l’ensemble des pays hors G 20. Pour la première, un plan massif d’emprunts de la Banque Européenne d’Investissement, libellé en euros, doit venir financer l’ensemble des pays les moins avancés de la zone, les autres pays, dont la France, par le truchement de la Caisse des Dépôts, empruntant pour leur propre compte. Pour l’ensemble des autres pays du monde, avec leurs gigantesques besoins dans les domaines alimentaires, sanitaires, écologiques, d’infrastructures, d’éducation, etc., la création des moyens de financement ne peut être mise en œuvre que par un FMI, complètement transformé[6].

 

En fait, l’instrument existe – les droits de tirage spéciaux, inventés au tournant des années 70 pour faire face aux besoins de l’administration Nixon – et il peut être mis en œuvre du jour au lendemain par simple décision du conseil d’administration, comme l’avait proposé le prix Nobel J. Stiglitz au lendemain du 11 septembre. Ces DTS devraient être mis à la disposition des banques régionales de développement, avec la participation active, aux côtés des gouvernements nationaux de l’ensemble des sociétés civiles et des ONG concernés, afin de minimiser les risques de mal gouvernance et de corruption.

 

On objectera que tout cela est terriblement inflationniste. La double réplique va pourtant de soi : premièrement, si nous sommes en 1933, du fait des politiques néolibérales et monétaristes, l’inflation potentielle est moins grave que la déflation effective ; deuxièmement, l’effet de relance doit être transitoire : dès lors que l’économie réelle commencera à se rapprocher de son potentiel de production, le mix de politique budgétaire et monétaire devra être plus équilibré, et il suffira alors que la masse salariale revienne à son pourcentage des années 70 et qu’ensuite le pouvoir d’achat des salaires progresse au rythme des gains de productivité. Bien entendu, le nouveau système économique et financier mis en place, en réponse à cette grande crise de l’impérialisme , doit être pérenne au plan mondial.

 

En réalité, plus qu’une question théorique ou technique, c’est la question géopolitique de la composition du FMI, qui est désormais prioritaire. La première réunion du G20 a admis cette nécessité. Il faut aller désormais plus loin, en intégrant l’ensemble des instituions économique mondiales (FMI, Banque Mondiale, OMC, BRI, OCDE,…) dans le système des Nations Unies, lui-même rénové, et le respect scrupuleux de sa charte.

 

La balle est donc précisément dans le camp de la prochaine administration Obama. Pendant quelques semaines, le magnifique symbole qu’a représenté son élection peut lui permettre d’imposer à l’opinion et surtout à l’establishment américains, ce que n’a jamais fait dans l’histoire un pouvoir hégémonique, accepter de passer pacifiquement d’un leadership à un partnership. Formidable bond en avant de l’humanité ou retour à la banalité belliciste : les africains n’auraient finalement eu pour seule satisfaction que la réussite d’un de leurs émigrés de la deuxième génération.

 

Pour mener à bien, une telle stratégie de transformation mondiale, le temps est venu de constituer un large front progressiste mondial, capable de réussir là où les fronts populaires d’antan échouèrent.  

 

Domi Taddei

 

Relayé par :  -coordination gauche Alternative du Hainaut,

-       Le « réseau RPW »  (6 blogs)

 



[1] Les modèles de prévision demeurent corrects dans leurs structures, mais les paramètres chiffrés qu’ils utilisent sont obsolètes, puisqu’ils sont calculés sur la moyenne des résultats antérieurement observés, qui correspondent à des comportements collectifs qui ont qualitativement changé : en particulier, l’aversion pour le risque a augmenté brutalement et durablement. Ce changement n’est pas de degré, mais de nature. Il représente une non linéarité sytémique, dont ne peuvent rendre compte des modèles, linéaires par construction ; en termes imagés, les animal spirits ont fait un virage à 180 degrés.

[2] C’est à cette aune que l’imposture des discours de Sarkosy et de Barroso éclate : ils prétendent donner des leçons au reste du monde, mais soutiennent dans les faits des budgets de rigueur ! 

[3] Rappelons que si un pays est limité par le montant de ses réserves de change, quand sa monnaie se dévalue, il dispose de moyens illimités quand cette monnaie est très demandée : de nos jours, la « planche à billets » est électronique et il suffit d’un clic (c'est-à-dire d’une volonté politique) pour refuser sa réévaluation, et par là-même le danger de dumping monétaire, qui est le pire de tous puisqu’il peut atteindre des pourcentages quasi illimités en quelques jours.

[4] Sur le contenu possible d’un tel PACES, cf. l’avis adopté par le Conseil Economique et Sociale en 2003

[5] Il est formidablement comique de voir que ces mesures se préparent à Chicago à quelques centaines de yards du plus grand rassemblement au monde de Prix Nobel, tous plus monétaristes les uns que les autres. Ayant moins d’humour, nous autres en France, quand on voulait mettre fin à l’Ancien Régime, on ramenait Louis XVI de Versailles à Paris !

[6] Comme pour l’ensemble des autres institutions internationales, si on en conserve les sigles, c’est par simple commodité, parce qu’on doit montrer que l’avenir est à une coopération multipolaire et non aux replis souverainistes et parce qu’on doit pouvoir atteindre plus vite ainsi les but recherchés qu’en repartant de zéro.

16:28 Écrit par PD dans Economique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/11/2008

A QUI DE PAYER LA NOTE !!!

"Les camarades de la "Coordination Gauche Alternative du Hainaut (ndlr.Hainaut français), publient les textes ci-après adapté à propos de la crise économique et financière en cours de déroulement.
Nous ne pouvons que soutenir ce shéma de propositions qui vise à replacer l'homme et notre société humaine à une place où le respect de l'être humain, et de ses activités sont nettement mieux garanti, et où de nouvelles responsabilités de gestion planifiée lui sont confiées. La société du FRIC tout puissant doit cesser, à nous de le proposer, à nous de l'organiser.
Merci donc pour ce texte, merci pour cette contribution essentielle, à un moment où nos institutions Wallonnes et Européennes vont évoluer, nous avons de solides propositions à avancer face aux conservateurs ultralibéraux et leurs collaborateurs de classe que sont les sociaux "dit" démocrates. Les voici ci dessous énoncées, merci de bien les analyser pour mieux encore, avec nous les soutenir et proposer."

 


 
Crise économique : le système capitaliste explose, changeons de système ; ce n’est pas aux travailleurs de payer la crise.

 

 

Quand la Bourse allait bien…

 

Pendant des années de spéculation effrénée, le marché avait raison, c’était la loi suprême mise en avant par nos gouvernements de droite comme de gauche et par l’Union Européenne, jusqu’à l’écrire dans le projet de Constitution européenne et dans l’actuel Traité de Lisbonne, malgré les refus massifs des peuples consultés.

Pendant ces 20 dernières années, la part des profits dans la richesse produite a augmenté de dix points de PIB (180 milliards) au détriment des salaires. Nos gouvernements nous ont répété qu’il n’y avait pas d’argent pour augmenter les salaires, revaloriser les minima sociaux, garantir les retraites, développer les services publics et répondre aux besoins sociaux.

 

Quand la Bourse s’effondre…

 

D’un seul coup, le système capitaliste reposant sur la suprématie absolue de la finance explose, avec les faillites en cascade et le rachat des banques et fonds d’investissement par les gouvernements, américain d’abord, et maintenant européens : d’un seul coup, de l’argent, il y en a, jusqu’à 700 milliards aux Etats-Unis, pris dans les poches des contribuables (alors que quelques milliards de dollars suffiraient à assurer l’accès de tous à l’eau et aux moyens de base d’existence).

Combien en faudra-t-il en France ? Qui va payer ?

 

Ce n’est pas à nous de payer pour LEUR CRISE !

 

Pour nous, il ne s’agit pas replâtrer le système sur le dos des contribuables ! Ce système qui mène la planète à l’abîme, qui ne fait que développer les inégalités, les émeutes de la faim, la misère des uns alors que les profits des autres sont faramineux, ce système a fait la preuve de son incapacité à répondre à nos besoins, aux urgences sociale et écologique de la planète !

 

IL FAUT CHANGER DE SYSTEME !!!

 

La transformation sociale et écologique est une nécessité impérieuse, elle est à notre portée (ex de l’Amérique Latine) : imposons la !

Sur la crise financière, nous avons des propositions alternatives :

- Arrêter toutes les privatisations et renationaliser les services publics privatisés; l’eau, l’air, les ressources non renouvelables doivent être traités comme biens publics inaliénables, non privatisables, gérés publiquement et démocratiquement

- Créer un « bouclier social » par le maintien et l’augmentation des salaires et minima sociaux, afin que la part de richesses qui va aux travailleurs soit proportionnelle aux gains de productivité ; arrêt des expulsions locatives, moratoire sur les loyers et prêts relais, extension de l’assurance chômage (sécurité sociale professionnelle)

- Créer un pôle public bancaire et monétaire, supprimer les paradis fiscaux, interdire la spéculation sur les produits agricoles et matières premières

Plus généralement, nous sommes, par exemple en France, pour la constitution d’un pôle financier public qui apportera une contribution majeure au financement et à la réorientation du crédit vers les activités socialement utiles. Il devra être au minimum constitué de la Banque de France, de la Caisse des dépôts et consignations, du Groupe Caisses d’épargne, du Crédit foncier, de la Banque postale, d’OSEO (financement des PME), d’UBI-France (aide aux entreprises sur les marchés étrangers), de la COFACE (Assurances crédit et investissement domestiques et internationales, gestion de créances, prospection et information commerciale), de la CNP (qui devra redevenir le service public « témoin » du marché de l’assurance de personnes) et de l’AFD (l’Agence française de développement est au cœur du dispositif français de l’aide publique en faveur des pays pauvres. Sa mission : participer au financement du développement.). Ces réformes urgentes serviront ainsi d’exemple aux autres Etats Européens, en matière de gestion financière saine et d’intérêt social général.

-         Au niveau de l’agriculture, ce pôle public bancaire devrait aussi favoriser des coopératives de type nouveau, la constitution de circuits courts pour lutter contre la désertification rurale et la mainmise des concentrations capitalistiques de l’agro-alimentaire, le financement des AMAP, les projets se référant au concept « produire local pour consommer local », le soutien à l’agriculture biologique. L’orientation de l’alimentation collective (cantines scolaires et autres) devrait tendre à promouvoir ces circuits courts et l’agriculture biologique.

-      Le tout ayant pour objet une nourriture saine et tout en  maintenant des emplois locaux.

- Redéfinir les institutions financières internationales afin de permettre la stabilité financière, des mécanismes redistributifs des richesses, et l’annulation de la dette du Tiers-Monde. Au minimum, ces institutions devraient être de type G20 augmenté d’une représentation de l’ONU et des forums sociaux mondiaux

- Rappelons brièvement que, très récemment, au moment des émeutes de la faim, le Docteur Jacques Diouf, prêchait dans le désert pour obtenir 30 milliards dollars pour les plus pauvres de notre monde.  Jacques Diouf est le directeur général de la Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, (FAO) et, ces 30 milliards, nos dirigeants mondiaux ne les lui ont pas donnés. Aujourd’hui, ils osent donner des milliers de milliards de dollars aux spéculateurs !

- Mettre en place au niveau international trois types de taxes : sur l’ensemble des transactions financières ; sur les profits des multinationales ; sur les émissions de carbone et les déchets nucléaires. Taxer les dividendes à 50%

- Développer des travaux d’intérêt général tels que les infrastructures de transports en commun, l’isolation des bâtiments et l’habitat écologique, les énergies renouvelables.

 

09:37 Écrit par PD dans Economique | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

28/07/2008

LES CONTRADICTIONS CAPITALISTES

Feu vert du Congrès américain pour un vaste plan de sauvetage immobilier

Feu vert du Congrès américain pour   un vaste plan de sauvetage immobilier

 

AFP - Samedi 26 juillet, 18h40

« WASHINGTON (AFP) - Le Congrès américain a adopté samedi un vaste plan de sauvetage de l’immobilier, volant au secours à la fois des emprunteurs et des organismes de refinancement hypothécaires qui se sont retrouvés dans la tourmente ces dernières semaines.

Le texte, déjà adopté mercredi par la Chambre des représentants, a été approuvé au Sénat à 72 voix contre 13, par des élus réunis de façon relativement exceptionnelle un samedi.

Le plan de sauvetage, présenté par la presse américaine comme le plus ambitieux en une génération, doit désormais être transmis au président George W. Bush pour signature. Ce dernier, qui y était d’abord opposé, a indiqué qu’il y était désormais favorable et devrait rapidement signer le texte, selon son secrétaire au Trésor Henry Paulson.

Avant le vote, les sénateurs ont souligné que la loi, vitale pour colmater la crise immobilière, était le fruit d’une rare coopération entre les partis.

Provoqué par la plus grave crise de l’immobilier depuis la Grande Dépression de 1929, le plan a été conçu à la base pour aider les emprunteurs étranglés par leurs mensualités, en relevant notamment le plafond des prêts immobiliers qui peuvent obtenir une garantie publique.

Quelque 300 milliards de dollars d’emprunts immobiliers seront garantis par l’Etat et apporteront une bouffée d’air aux emprunteurs alors que les taux des emprunts fixes sur 30 ans sont à leurs niveaux les plus élevés en un an.

En outre 3,9 milliards de dollars seront accordés aux collectivités locales pour racheter et réhabiliter les logements saisis, un point auquel s’était opposé la Maison Blanche.

“C’est bien que le Congrès démocrate ait finalement agi”, a commenté un porte-parole de la Maison Blanche, Tony Fratto, soulignant qu’il était temps que cette loi soit adoptée.

 

Le plan vise à débloquer le grippage du secteur immobilier qui voit la demande diminuer, le nombre de ventes plonger et les prix décliner inexorablement. Selon les derniers chiffres du bureau de surveillance fédéral de l’immobilier américain (OFHEO) publiés mardi, les prix des logements ont baissé en mai de 4,8% sur un an.

Les saisies immobilières continuent de se multiplier: au 2e trimestre elles étaient en hausse de 14% par rapport au trimestre précédent et sur un an, elles ont bondi de 121%.

Au total 2,2 millions procédures de saisies ont été lancées en 2007, selon le cabinet RealtyTrac.

“Derrière chacun de ces chiffres, il y a une famille, une mère, un père, des enfants essayant de faire face au chômage et à la perte de leur maison”, a déclaré samedi le sénateur démocrate Chris Dodd.

Le texte prévoit aussi un volet sur Fannie Mae et Freddie Mac, les deux géants du refinancement hypothécaire qui ont frôlé l’implosion au début du mois. »

Voilà bien une jolie contradiction du néolibéralisme ; cette idéologie qui prétend tout privatiser, réduire le rôle des Etats au strict minimum.

Sauf que, quand tout va mal, quand leur sacro-saint pognon est en jeu, les mêmes changent d’avis, les mouches changent d’âne comme disent les copains du Midi !!

ON PRIVATISE LES PROFITS MAIS ON NATIONALISE LES PERTES !!! LE CONTRIBUABLE PAIERA.

 

VOUS VERREZ QU’EN FRANCE LES MÊMES CAUSES PRODUIRONT UN JOUR LES MÊMES EFFETS.

Cela vient de se faire pour un certain Tapie !

Guy Dutron

28 – 07 -2008

12:42 Écrit par PD dans Economique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

07/04/2008

ON VA MARCHER A LA BAGUETTE

On vous  a  suffisamment cassé les pieds avec la Chine et les "pays émergents"dans la logique de nos travaux économiques du FGC. Nous vous alertons depuis 2 ans.

Ben voilà, c'est fait, ça "sort" enfin. Mais une grande partie du mal est fait .........hélas , y compris la crise financière actuelle que les plus pauvres vont payer cher.

  La Chine à l’assaut de l’Afrique

 

 

                par Eric Laurent http://www.bakchich.info/article3165.html 

 

 

Des investissements supérieurs aux sommes injectées par la Banque Mondiale, 800 000 Chinois installés sur place… L’Afrique est en passe d’être dévorée toute crue par l’Empire du milieu.

 

 

 

La croissance et même la survie économique de la Chine dépendent, paradoxalement et pour une part croissante, du continent le moins développé, l’Afrique. Pékin absorbe désormais 25 % de tout le cuivre consommé à travers le monde, 40 % du charbon, 35 % de l’acier, 10 % du pétrole et sa demande ne cesse de croître, et 90 % de tout l’aluminium. Une économie dévoreuse d’énergie, boulimique en matières premières qui s’est tout naturellement tournée vers la région qui en est le mieux pourvu.  

Les Chinois ont lancé une véritable OPA sur l’Afrique en profitant à la fois de la perte d’influence occidentale, notamment française en Afrique de l’Ouest, et de la crise que traversent les institutions chargées de l’aide au développement : en 2007 Pékin a investi plus de 9 milliards de dollars en Afrique alors que la Banque Mondiale s’est révélée incapable d’y injecter plus de 2,5 milliards de dollars. L’organisation internationale basée à Washington tente désormais de convaincre la Chine de devenir son partenaire pour le financement des projets africains.  

 Plus de 800 000 Chinois travaillent déjà sur ce continent pour plus de 900 entreprises de toutes tailles. Ils extraient le cuivre et le cobalt en Zambie et au Congo, le platine et le chrome au Zimbabwe ; ils achètent d’énormes quantités de bois au Gabon, au Cameroun, au Mozambique, en Guinée équatoriale et au Libéria, ainsi que l’acier, l’or, le charbon, le nickel dans tous les pays de cette zone qui en détiennent ou en produisent. L’Angola fournit la moitié du pétrole importé d’Afrique par Pékin.

 

 

En janvier 2005 le gouvernement de Luanda a bénéficié d’un prêt chinois de 2 milliards de dollars gagés sur le pétrole, qui a augmenté d’un milliard de dollars l’année suivante. Officiellement pour réparer les infrastructures déficientes.

Les Chinois détournent le regard  

 

 

 

En réalité, la Chine sait qu’elle traite avec des régimes totalement corrompus qui détournent à leur profit une partie de ces sommes. En juillet 2005, la Chine et le Nigeria, autre exemple de corruption à tous les niveaux, ont signé un accord de 800 millions de dollars qui prévoit la livraison de 30 000 barils de pétrole quotidien à la Chine ; le régime nigérian a aussi octroyé à la Chine des licences de forage en échange de 4 milliards de dollars.

Pour les nombreux dictateurs qui peuplent cette région, Pékin constitue une manne et une bénédiction : le régime chinois offre une alternative au tête à tête de plus en plus pesant et tendu avec les occidentaux, ne manifeste aucune exigence en matière de démocratie ou de bonne gouvernance, et enfin, propose gratuitement des services que ces régimes ont toujours été incapables d’offrir à leur population. Plus de 15 000 médecins chinois ont ouvert des dispensaires dans 47 États africains.

La Chine : un généreux investisseur  

 

 

Désormais, l’Afrique fournit 1/3 du pétrole importé par Pékin. Ce qui explique qu’en 2006-2007, le Président chinois Hu Jin Tao ait visité 17 pays du continent. En 2005, le flux commercial entre la Chine et l’Afrique s’élevait à 40 milliards de dollars, il dépassera les 100 milliards de dollars avant 2010. Les réserves financières de la Chine dépassent 1 500 milliards de dollars et Pékin joue de cette puissance financière pour séduire, contrôler.

En juin 2006, le Sénégal a ainsi bénéficié d’un allègement de sa dette, qui atteignait alors 20 millions de dollars.  Par ailleurs, la Chine s’est engagée à investir 35 millions de dollars dans le dernier délire pharaonique du Président Wade, la construction du plus grand théâtre d’Afrique de l’Ouest. Aussi mauvais gestionnaire que grand mégalomane, le dirigeant sénégalais se montre très satisfait de la réactivité chinoise : « un contrat », confie-t-il, « qui était discuté et négocié pendant cinq ans avec la Banque Mondiale, est conclu en 3 mois avec les Chinois ».   Il est vrai que pour Pékin, le temps presse. Et l’ampleur des investissements est à la mesure de cette urgence. 15 milliards de dollars ont été investis au Soudan depuis 1996, essentiellement dans le pétrole, et 500 000 barils par jour sont extraits, en grande partie par la CNPC (China National Petroleum Corporation), autorisée à extraire directement les gisements. Pékin finance et arme également les rebelles tchadiens avec, comme objectif, le contrôle des zones pétrolifères du pays.

Vive les matières premières !    Étendre la présence chinoise en République du Congo est devenu une autre priorité.

Le plus grand pays d’Afrique est aussi l’un des plus pauvres au monde, avec un revenu annuel par habitant de 714 dollars. C’est également potentiellement le plus riche : son sous-sol recèle les plus importantes réserves mondiales de cobalt et de tantalum, un métal rare, et d’énormes gisement de cuivre, d’or, de diamants, de manganèse, d’uranium et de zinc. Un accord signé en septembre 2007 prévoit que la Chine injectera 6,5 milliards de dollars dans la construction ou l’amélioration des infrastructures du pays, ainsi que 2 milliards de dollars supplémentaires pour ouvrir ou moderniser de nouvelles mines.  

Dans ce pays, les Chinois concurrencent directement les grands groupes miniers occidentaux mais disposent d’un atout de poids : leurs firmes sont des entreprises publiques capables de surenchérir inlassablement pour s’adjuger les concessions. Un seul exemple : en 2006 Sinopec, l’une des 3 compagnies pétrolières chinoises, a accepté de payer 2 milliards de dollars pour exploiter le pétrole sur trois lots situés dans les eaux territoriales angolaises.  

Cette stratégie rassure Pékin, quant à la stabilité de ses approvisionnements, et encourage les comportements les plus obscènes de certains dirigeants africains : depuis que du pétrole a été découvert dans la minuscule Guinée équatoriale, une ancienne colonie espagnole, la famille au pouvoir est courtisée par la Chine et les occidentaux.

Malgré les gisements découverts, le niveau de vie de la population, déjà misérable, a encore chuté et le fils aîné du Président, et son successeur désigné, a pour principal préoccupation de négocier le rachat du yacht de Paul Allen, le co-fondateur de Microsoft. 

06:12 Écrit par PD dans Economique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |